Les enfants

 

 

A - L’animal, un objet transitionnel

 

 

L’animal familier contribue au développement affectif et à l’équilibre de l’enfant, en commençant par le premier  «  doudou  « qu’on lui achète, qui se présente la plupart du temps sous la physionomie d’un animal familier, tel un nounours, un lapin, une petite souris……

Walt Disney a, d’ailleurs  très bien compris la potentialité d’identification de l’enfant à l’animal en le portant à l’écran ou dans les bandes dessinées.

Le «  doudou «  dont l’importance a été découverte par Donald Winicott sous la dénomination d’ »objet transitionnel » a l’effet apaisant d’un substitut maternel, c’est la première possession de l’enfant qui soit extérieure à son propre corps. Il lui permet d’effectuer une transition entre la relation à la mère et celle avec d’autres objets de son environnement.

L’objet transitionnel s’avère le médiateur idéal pour que l’enfant puisse effectuer son passage vers une relation d’objet, c'est-à-dire vers la possibilité de percevoir un objet nettement différencié de lui en tant que sujet.

 

 

 

 

 

 

 

 

B  -  L’éducation, garante de  sécurité vis-à-vis de l’animal

 

 

L’intervention du zoothérapeute peut également se faire sous forme d’éducation en expliquant aux enfants comment aborder un animal.

Prenons l’exemple du chien, qui fait beaucoup parler de lui en ce moment :

L’apprentissage de quelques règles générales élémentaires éviterait nombre de morsures et d’accidents dont on connait le potentiel de gravité !

Détecter les signes extérieurs que donnent le chien, apprendre à reconnaitre les bonnes attitudes

et ce que l’on peut donner à ressentir à l’animal ( l’enfant a-t-il peur des chiens ?) permettent d’adopter la bonne attitude de prudence surtout face à un chien que l’on ne connait pas, mais aussi et surtout, avec celui que l’on connait !

 

 

 

 

 

 

 

 

C  -  Autres champs d’exploitation

 

 

Il ne faut cependant pas s’arrêter à la crainte du chien qui, bien équilibré, est une source inestimable d’apprentissages de toutes sortes et de satisfactions diverses…….

Tout d’abord, en le cotoyant, l’enfant découvre qu’il existe dans son environnement des formes de vies animales, prend conscience qu’il existe d’autres espèces dignes de respect que l’Humanité et qui fonctionnent autrement. En cela, l’animal ouvre l’esprit de l’enfant et son sens de la tolérance.

Il peut aussi réaliser que l’animal a des besoins et que, pour son bien être, il doit s’en occuper et lui fournir des soins adéquats : lui donner de l’eau et de la nourriture, le moment le plus propice pour cela ( on ne donne pas à manger à un animal n’importe quand ! ), jouer avec lui, le brosser, l’emmener en promenade, le laisser se reposer ……

Cette réalité contribue aussi à développer chez l’enfant son sens des responsabilités.

Comme le chien lui procure le sentiment d’être utile et apprécié en raison des soins qu’il lui prodigue, cela augmente, de plus, son estime de soi…..

Pendant les séances, si elles deviennent embarrassantes ( beaucoup de choses délicates peuvent être soulevées en thérapie ! ) l’enfant sait qu’il peut se réfugier vers son animal préféré qui devient alors son camp de retranchement et le thérapeute respecte cela.

5 votes. Moyenne 3.40 sur 5.

Annuaire Miwim Annuaire site Referencement gratuit annuaire gratuit Webanimo - Annuaire Animalier

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site